Dernières Infos

Deux gouverneurs de banques centrales africaines à la présidence de IFSB en 2024

Le Conseil des Services Financiers Islamiques (CSFI, en anglais IFSB) a pris une décision capitale en nommant deux personnalités clés de la finance islamique en Afrique à la tête de l’institution pour l’année 2024.  C’était le 16 Août 2023 à Riyad, en Arabie Saoudite lors des Assemblées annuelles de l’IFSB. Qui sont ces personnalités ?

 

S.E. Ahmed Osman Ali Gouverneur de la Banque Centrale de Djibouti

Depuis janvier 2013, S.E. Ahmed Osman Ali est à la tête de la Banque centrale de Djibouti. Formé en France, il détient un Master en Économie ainsi qu'un Diplôme d'études supérieures en Économie bancaire. Avant sa nomination à la tête la Banque centrale de son pays, il a enseigné l'économie dans divers établissements, notamment les lycées de Tours et l'École Supérieure de Commerce, de 1985 à 1989. De 1989 à 1997, il a occupé des postes clés au sein de la Banque centrale de Djibouti, notamment en tant que Contrôleur général des opérations et Chef du Département de surveillance bancaire sur place. Il a été un acteur majeur de la réforme financière locale, en collaboration avec les institutions de Bretton Woods et en introduisant diverses réglementations et initiatives. Depuis 2013, sous sa direction, d'importantes réformes ont été mises en œuvre dans le système financier djiboutien, y compris la modernisation des paiements nationaux et l'amélioration du système d'information sur le crédit. Djibouti demeure aujourd’hui le pays enregistrant le ratio (actif secteur bancaire islamique/total actif secteur bancaire national) le plus élevé en Afrique et le 8ème au monde.

 

S.E. Abdellatif Jouahri, Gouverneur de Banque al-Maghrib

Né en 1939 à Fès, S.E. Abdellatif Jouahri apporte une riche expérience à son rôle de gouverneur de la Banque centrale du Maroc; poste qu'il occupe depuis 2003. Il a commencé sa carrière à la Banque al-Maghrib en 1962, où il a gravi les échelons jusqu'en 1978. Par la suite, il a rejoint le gouvernement en tant que ministre délégué chargé de la réforme des entreprises publiques, avant d'être promu ministre des Finances en 1981, poste qu'il a tenu pendant cinq ans. Avant de prendre les rênes de la Banque centrale, il a dirigé la Banque Marocaine du Commerce Extérieur et a également été président du Groupement Professionnel des Banques du Maroc. Il a également eu un bref passage à la tête de la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite.  A la tête de la Banque al-Maghrib, il conduit depuis plusieurs années de profondes réformes qui positionnent le Maroc comme un Hub et un modèle d’architecture de la finance islamique en Afrique avec l’un des taux de croissance les plus forts de ce secteur sur le continent.

 

A propos de l’IFSB

Le Conseil des Services Financiers Islamiques (CSFI, en anglais IFSB), basé à Kuala Lumpur, a été officiellement inauguré le 3 novembre 2002 et a débuté ses activités le 10 mars 2003. Il agit en tant qu'organe international d'établissement de normes réglementaires et de supervision pour les agences ayant un intérêt avéré à garantir la solidité et la stabilité de l'industrie des services financiers islamiques, définie de manière large pour inclure la banque, les marchés de capitaux et l'assurance. Dans la poursuite de cette mission, le CSFI encourage le développement d'une industrie des services financiers islamiques prudente et transparente en introduisant de nouvelles normes internationales, ou en adaptant celles existantes, en accord avec les principes de la Sharî'ah, et les recommande en vue de leur adoption.

À cet égard, le travail du CSFI vient en complément de celui du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, de l'Organisation Internationale des Commissions de Valeurs et de l'Association Internationale des Superviseurs d'Assurances.

Les normes publiées par IFSB peuvent être consultées à l’adresse suivante : https://www.ifsb.org/background.php

Source : www.ifsb.org

 

IF NEWS0 Revues

Aucun commentaire. Soyez le premier à commenter.

Laisser un commentaire