Dernières Infos

L’industrie nigériane de la finance islamique va poursuivre sa croissance grâce à l'impulsion donnée par les pouvoirs publics

Communiqué de presse

Le 25 janvier 2023

FINANCE ISLAMIQUE

Dubaï : L’industrie nigériane de la finance islamique poursuivra sa trajectoire de croissance en 2023-2024 grâce à l'émission de sukuk par le gouvernement et à l'impulsion des pouvoirs publics, mais elle devrait rester naissante à moyen terme, selon Fitch Ratings. Le Nigéria abrite le plus grand marché de sukuk d'Afrique avec un encours d'émission de 755,5 milliards NGN (1,6 milliard USD), bien qu'il soit minime en comparaison de la valeur globale.

La banque islamique - appelée banque sans intérêt au Nigéria - connaît également une croissance rapide à partir d'une base faible, grâce à une forte poussée de financement (notamment de la part des banques islamiques nouvellement établies), à une base de capital croissante et aux exigences prudentielles plus laxistes du gouvernement par rapport aux banques conventionnelles. Parmi les défis à relever, citons une présence limitée des banques islamiques et une faible sensibilisation du public aux produits islamiques.

La taille de l’industrie nigériane de la finance islamique est estimée à 2,9 milliards USD à la fin de l’année 2022, les sukuk en circulation constituant le segment le plus important avec 57 %, suivi des banques islamiques avec 42 % (total des actifs), les 1 % restants étant répartis entre les fonds islamiques (total des actifs) et les takaful (total des contributions). Le potentiel à long terme est considérable car le Nigéria compte la plus grande population musulmane d'Afrique et une large proportion de la population qui est non bancarisée.

En 2022, le gouvernement fédéral du Nigéria a émis des sukuk à sept ans en levant 130 milliards NGN (282 millions USD), sa cinquième émission depuis 2017 avec une souscription  1.6 fois supérieure. La Securities and Exchange Commission (SEC) vise à faire du Nigéria une plaque tournante en Afrique pour les produits du marché des capitaux islamiques dans le cadre du "Plan révisé 2021-2025" du gouvernement. La SEC vise 50 cotations de produits conformes à la charia avec une capitalisation boursière d'au moins 5 000 milliards NGN (11 milliards USD) d'ici 2025. L'année dernière, la Taj Bank Limited a également lancé un programme de sukuk mudaraba de 100 milliards NGN (222 millions USD) en 2022 pour lever des capitaux de niveau 2.

Les actifs de la banque islamique ont augmenté de 71 % en glissement annuel au premier semestre 2022. Cependant, elle ne détient qu'une part de marché de 0,8 % du total des actifs du secteur. Seules trois banques islamiques à part entière et deux guichets islamiques opèrent au Nigéria, toutes ayant une faible base de capital et un réseau de distribution limité. La collecte de dépôts des banques islamiques était limitée, avec une part de 0,4% des dépôts du secteur, tandis que la part de financement était plus élevée, avec 0,7% des prêts du secteur. Fitch note la Jaiz Bank (B-/Stable), qui détient plus de 60 % du marché national des banques islamiques. Les actionnaires de la banque se sont engagés à soutenir sa forte croissance par de nouvelles injections de capital.

Des exigences prudentielles plus favorables soutiennent la croissance des banques islamiques. L'organisme de réglementation, la Banque centrale du Nigéria (CBN), a fixé le ratio de liquidité réglementaire pour les banques islamiques (10 %) à un niveau bien inférieur à celui des banques conventionnelles (30 %). La CBN accorde également aux banques islamiques un "facteur alpha" de 50 %, c'est-à-dire un rabais dans le calcul des actifs pondérés en fonction des risques, mais aucun pour les banques conventionnelles. Cela permet d'augmenter considérablement les ratios de fonds propres des banques islamiques et de leur permettre de conquérir des parts de marché avec moins de contraintes sur leur croissance. Par exemple, la Jaiz Bank a bénéficié d'une augmentation de son ratio de fonds propres de 570 points de base à la fin du 1er trimestre 2022 grâce à cette réduction.

L'infrastructure islamique de gestion des liquidités se développe. En 2022, la CBN a introduit un mécanisme de financement des liquidités et un mécanisme intrajournalier pour les banques islamiques. Cependant, il n'existe pas d'alternatives islamiques aux bons du trésor, aux papiers commerciaux ou aux billets à ordre. La part du takaful dans le total des primes du secteur de l'assurance en 2022 a été estimée à moins de 1 %. La pénétration de l'assurance en général est également très faible, à 0,4 % en 2021.

Pendant ce temps, les perspectives globales du secteur bancaire nigérian se détériorent. Nous pensons que la croissance du PIB réel restera robuste en 2023, mais que les conditions d'exploitation s'affaibliront en raison de la hausse de l'inflation, de l'augmentation des taux d'intérêt et de la pénurie de devises fortes. Les revenus bénéficieront de la hausse des taux d'intérêt, mais une dévaluation importante du naira aurait un effet négatif sur la capitalisation, et la pénurie continue de devises fortes entraînera un resserrement des liquidités en dollars américains en 2023.

-Fin-

Matt Pearson

Associé aux communications, Communications d'entreprise

Groupe Fitch

30 North Colonnade

Londres

E14 5GN

E : matthew.pearson@thefitchgroup.com

IF NEWS0 Revues

25 commentaires

Laisser un commentaire

Le premier Sukuk social au monde a vu le jour …

La finance islamique continue de progresser dans la plupart des …